Rencontre avec Sedef Ecer

par Nathalie Pierrée

Cette semaine les élèves de 203, 207 et 210 participent à des ateliers conduits par Sedef Ecer, auteure et metteure en scène, et Ceyda Yagiz, vidéaste. Ces trois classes participent au projet d’éducation artistique et culturelle "Migrants et traces numériques" initié par le CDI.

La première rencontre a eu lieu ce lundi 12 février avec la 2de 3 en salle audio.
Sedef Ecer raconte aux élèves comment lui est venu le projet d’écrire E-Passeur.com. Ce projet est né de ses nombreuses rencontres avec des migrants. Elle a observé que certains n’emportaient pas de vêtements, pas de nourriture, mais que tous avaient un téléphone portable et un chargeur car c’est pour eux une question de survie : c’est ce qui leur permet de rester en lien avec leurs familles, de suivre l’actualité de leurs pays d’origine, de trouver des passeurs.
Sedef Ecer a imaginé une dystopie, un avenir dans lequel nous serions tous des migrants, et un personnage tout puissant, E-Passeur, qui contrôlerait nos vies par les traces numériques que nous laissons à travers l’usage de nos écrans. Elle a imaginé trois personnages de femmes, une sage-femme mexicaine, une coiffeuse vietnamienne et une archéologue syrienne dont nous suivons les déplacements la vie personnelle à travers leurs traces numériques.

Sedef Ecer explique aux élèves ses choix de mise en scène. Elle leur parle aussi de son travail d’auteur, et du travail en équipe avec d’autres professionnels qui a été nécessaire pour donner vie au texte qu’elle a écrit : un créateur de lumière, un vidéaste, une régisseuse, une costumière, un scénographe et enfin les interprètes des personnages. Sedef Ecer a fait le choix d’une seule comédienne, Estelle Meyer, pour interpréter les trois rôles de femmes. Le personnage du Passeur est interprété par Fehmi Karaarslan et le rythme du récit est donné par le percussionniste Richard Dubelski.
- "Mais comment fait la comédienne pour interpréter trois femmes si différentes ? " demande une élève.
- "Elle joue sur plusieurs paramètres : la posture, la manière de placer sa voix et quelques accessoires" explique Sedef Ecer.
- "Mais pour la scène finale, lorsqu’elles se rencontrent, comment fait-elle ?" demande intriguée un autre élève.
- "Le texte se suffit à lui-même, au bout de quelques répliques on comprend qui parle" explique Sedef Ecer.

Ceyda Yagiz propose ensuite aux élèves un jeu qui consiste à créer un scenario avec leurs téléphones portables : la consigne est de se regrouper en petits groupes pour raconter une histoire en images, entre cinq et huit maximum. Les images sont des captures d’écran ou des photos prises avec leurs portables. C’est exactement la démarche qu’a suivie le vidéaste, François Roman pour traduire en images le texte de E-Passeur.com, explique Sedef Ecer.
Les élèves se prêtent au jeu avec plaisir et font preuve d’une grande créativité malgré le temps très limité pour réaliser leurs ébauches de scenarios. Ils apprennent à varier les supports de leurs captures d’écran : messagerie, réseaux sociaux, recherches sur le web, images importées, photos...
Mardi 13 février, Sedef Ecer a rencontré une autre classe, la 2de 7.
Ce vendredi 16 février c’est au tour de la 2de 10.

Une séance au CDI sur les traces numériques a été proposée en introduction aux ateliers.

En mars, les élèves des trois classes iront visiter les coulisses du théâtre Jean Vilar avant d’assister à la représentation de E-Passeur.com le vendredi 9 mars.https://www.theatre-suresnes.fr/201...
Ils rencontreront à nouveau Sedef Ecer et Ceyda Yagiz pour un deuxième atelier qui leur permettra de s’exprimer sur les choix de mise en scène et de réaliser de nouvelles productions numériques.

Nathalie Pierrée