Une belle récolte de l’été 2019

par Damian COTEA NECHIFOR

Nous avons pu récolter de nombreuses espèces différentes. Ce n’est pas moins d’une centaine d’espèces de plantes cultivables et d’ornement qui sont présentes dans le jardin du lycée, dans les jardinières sous la pergola ainsi que dans la serre.

Voici une rhubarbe en pleine croissance en juillet. Ce sont ses tiges qu’on apprécie de cuisiner en tarte ou en confiture.
JPEG

De la fleur au fruit du Physalis peruviana. Le fruit est très gustatif et agrémente parfaitement les salades de fruits en été. Le physalis pousse jusqu’aux premières gelées.

Un ensemble de plantes mellifères. En premier plan, il s’agit du mélilot jaune ou officinal, Melilotus officinalis. C’est une plante utilisée comme plante mellifère et aussi fourragère. Le Mélilot appartient à la famille des Fabacées.

Une association de cultures largement utilisée en permaculture et testée pour la deuxième année consécutive au lycée Paul Langevin : association tomate - basilic - oeillet d’Inde. Cette association permet de protéger les tomates contre des aleurodes (des petites mouches blanches) et des nématodes (des vers ronds) qui rongent les racines des tomates (rôle répulsif des oeillets d’Inde et du basilic) mais aussi de prévenir l’une des grandes maladies des plantes, le mildiou.

Nous avons aussi laissé pousser des plantes que nous n’avions pas décidé de cultiver : ici, c’est de la carotte sauvage Daucus carota de la famille des apiacées. La permaculture consiste aussi à laisser faire la nature prendre sa place.

Un exemple de récolte en une grosse demi-heure de travail : Il y a de la sauge, du romarin, de la menthe, du basilic, de la rhubarbe, de la bourrache, du concombre, de la tomate, du physalis, des fraises etc...Que c’est bon la diversité des fruits et des plantes aromatiques !

Tiens, nous avions aussi des melons mais il n’étaient pas encore assez bons. Nous expérimenterons la culture de melons sous serre pendant l’été 2020.

Une technique ancestrale mexicaine et appréciée en permaculture : la technique des trois sœurs. Cette technique repose sur 3 espèces différentes qui sont complémentaires dans leurs rôles respectifs : des potirons (ici rouge vif d’Etampes), du maïs et des haricots à rames. Le maïs sert de tuteur aux haricots, les haricots captent l’azote atmosphérique pour la restituer dans le sol et les potirons, qui ont un fort besoin en azote, recouvre le sol de ses grosses feuilles permettant de retenir efficacement l’humidité du sol pendant les fortes chaleurs d’été.
Conseil de culture : il faut lancer bien en avance les semis de maïs car les haricots poussent beaucoup plus rapidement. Prévoir au moins un décalage de 3 semaines entre les semis de maïs et les semis de haricots à rames.

Et des fleurs qui poussent encore en automne jusqu’aux gelées en hiver.
Aster domus, les petites fleurs lilas, et la sauge ananas Salvia elegans avec ses couleurs très tropicales !